Numérisation de documents sonores

Conformation et calibrage après numérisation

Les logiciels actuels de traitement audio permettent d’améliorer sensiblement la qualité des documents numériques, mais faisant cela on risque de perdre certaines caractéristiques de l’original analogique. L’archiviste devra faire le choix selon la nature de la source et des critères de l’établissement, soit de conserver un original brut et de créer un original corrigé servant de master, soit de considérer que les améliorations apportées ne justifient pas ce double archivage.

Principales opérations sur les originaux numériques.

  • La normalisation et l’homogénéisation des niveaux sont souvent nécessaires, en particulier sur les archives de la parole.

  • La réduction de souffle, de bruit de fond et de parasites sonores.

  • Pour la prise de son à plusieurs micros, la mise à 0 du niveau des canaux secondaires est souvent bénéfique, associée à la fusion de deux canaux en une seule piste mono.

  • La suppression de blancs techniques, ou de séquences ne contenant que des éléments parasites est admissible, ces coupes peuvent être signalées dans les métadonnées.

  • Notons enfin que si on a numérisé un document au double ou à la moitié de sa vitesse parce que le magnétophone ne possédait pas la vitesse adaptée, il reste possible de rétablir la bonne vitesse par un opérateur de « time stretching »